Visiteurs
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui13
mod_vvisit_counterHier26
mod_vvisit_counterCette semaine49
mod_vvisit_counterLa semaine dernière202
mod_vvisit_counterCe mois-ci763
mod_vvisit_counterLe mois dernier670
mod_vvisit_counterTous les jours42289

Online (Il y a 20 minutes): 1
Votre adresse IP: 54.145.198.123
,
Date: Mar 29, 2017
Archives
Derniers commentaires

PostHeaderIcon L'historial de la grande guerre à Peronne

Mardi 17 février, nous sommes allés à l’historial de la grande guerre de Péronne. À notre arrivée, une hôtesse d’accueil nous a reçu pour nous expliquer comment allait se dérouler notre journée.

Nous sommes descendus dans une salle située dans les douves du château pour déposer nos sacs. Nous avons pris notre questionnaire et sommes retournés au musée.

Nous avons rencontré Lucie, notre guide pour l’après-midi, et elle nous a expliqué les règles du musée. Ensuite, nous avons effectué notre visite en répondant au questionnaire.

Il y avait des fosses dans lesquelles se trouvaient des uniformes et les objets des soldats qu’ils avaient besoin durant la guerre.

Dans les vitrines, d’autres objets étaient présents comme des jouets, des photos, des prothèses, des tableaux, des lettres, des journaux, des instruments fabriqués par les soldats. Tous avaient un rapport avec la grande guerre. Nous avons vu aussi beaucoup d’affiches de propagande.

imgp6808imgp6810

Ensuite, nous sommes retournés dans la salle pour pique-niquer et l’après-midi, nous avons pris le bus pour visiter différents endroits du circuit du souvenir. Lucie est venue avec nous pour nous expliquer et nous raconter la guerre dans les tranchées. Durant cette visite, nous avons vu trois sites :

imgp6812 

  • Le cimetière allemand de Fricourt.

Il y a 17 000 soldats enterrés mais seulement 5 000 croix car souvent il y a deux ou quatre soldats enterrés sous chaque croix. Les croix sont grises car les soldats allemands étaient des ennemis. Les alliés n’ont pas autorisé la couleur blanche qu’ils ont utilisée pour leur cimetière. Il y avait aussi la tombe du pilote de chasse allemand « le baron rouge ».

Lucie nous a expliqué que le coquelicot était la fleur du souvenir de la grande guerre. Ce sont les anglais et les canadiens qui ont adopté cette fleur. Elle doit son importance au poème « Au champ d'honneur » composé par le major John McCrae. C’est une fleur qui fleurit dans les champs, elle rappelle le sang des soldats et est le symbole d'une croissance nouvelle parmi la dévastation laissée par la guerre.

Pour les français, la fleur retenue est le bleuet qui rappelle la couleur des uniformes.

Dans ce cimetière, les allemands ont laissé les arbres car pour eux, ils protègent les morts.

imgp6823imgp6825 

  • Le monument de Thiepval

C’est un monument dédié aux soldats disparus. Il est immense (45 m de haut) et constitue le plus important des mémoriaux britanniques au monde. Il y a 73 000 noms de soldats britanniques disparus gravés sur cet édifice. Aux alentours un cimetière militaire franco-britannique  abrite les dépouilles de 300 militaires français et de 300 militaires britanniques. Tous sont des soldats inconnus. Côté britanniques, il y a des stèles plutôt que des croix. Sur celles-ci sont gravés les blasons des unités des soldats. Parfois, on peut lire le nom du soldat enterré car finalement, après la guerre, il a pu être reconnu.

imgp6827imgp6829 

imgp6828imgp6830

imgp6831imgp6834

  • Mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel

L'île de Terre-Neuve est une île canadienne située à l’est du Canada. Elle a participé à la Première Guerre mondiale car elle faisait alors partie de l'Empire britannique. Ce mémorial rend hommage aux soldats de Terre-Neuve tous morts durant la Première Guerre mondiale. Le terrain correspond au champ de bataille préservé sur lequel le régiment  a fait son attaque inefficace. Les canadiens ont donc conservé les tranchées et les cratères d’obus. Lucie nous a expliqué la vie des tranchées et nous en avons traversé une. Elle nous a aussi raconté l’histoire de ce régiment qui était en première ligne et a attaqué le 1er juillet 1916, c'est-à-dire le premier jour de la bataille de la Somme. Pendant l'assaut qui dura approximativement trente minutes, il fut presque entièrement décimé, 801 hommes mis hors de combat sur 865. Cet arbre représente la limite où les soldats sont allés et ont battu en retraite lors de l’assaut. Entre cet arbre et la tranchée, il y a environ cent mètres.

imgp6838imgp6840

imgp6842

Le musée était intéressant et captivant. En regardant les armes, les petits films, nous avons compris que les soldats avaient beaucoup souffert pendant cette guerre Nous avons aussi compris en visitant le circuit du souvenir que cette guerre a fait beaucoup de morts et que beaucoup de soldats ont dû se sacrifier.

Mis à jour (Samedi, 04 Avril 2015 05:50)

 

Ajouter un Commentaire

Tout commentaire injurieux et portant atteinte aux auteurs sera effacé.


Code de sécurité
Rafraîchir